Les traces en grandeur nature

Lucie Choupaut  a publié en 2013 sur Electro-GN un article en trois parties sur la question « Quelles traces pour le jeu de rôle grandeur nature ? » qui correspond fortement aux questionnements à l’origine de Mémoire de rôlistes.

Elle y aborde les objectifs de cette conservation ainsi que la façon de faire : culture du secret de certains GN, biais de la photographie, enregistrement vidéo, nécessité et légitimité d’un contrôle des traces par les auteurs, etc.

Découvrez ces articles ici : Partie 1Partie 2Partie 3

« Grâce aux documents visuels qui subsistent, la mémoire de l’événement se transmet et devient un élément essentiel de l’analyse artistique. »

in La performance, entre archives et pratiques contemporaines, sous la direction de J. Bégoc, N. Boulouch et E. Zabunyan, Presses universitaires de Rennes, Archives de la critique d’Art, Rennes, 2010.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.